Bruxelles

Inside Art nouveau

Maison personnelle de l’architecte Gustave Strauven

Rue Luther 28, 1000 Bruxelles, Belgique

Détail du rez-de-chaussée, façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Détail du rez-de-chaussée, façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Papier peint (ca 1900-1905) ©KIK-IRPA, Bruxelles. Reproduction interdite.

Papier peint (ca 1900-1905) ©KIK-IRPA, Bruxelles. Reproduction interdite.

Détail du rez-de-chaussée, façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Détail du rez-de-chaussée, façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Façade avant restauration (photo ca 1990), photo Bastin-Evrard ©urban.brussels. Reproduction interdite.

Papier peint (ca 1900-1905) ©KIK-IRPA, Bruxelles. Reproduction interdite.

Papier peint (ca 1900-1905) ©KIK-IRPA, Bruxelles. Reproduction interdite.

Maison personnelle de l’architecte Gustave Strauven

Cette maison est un chef-d’œuvre de l’Art Nouveau bruxellois et fut la résidence personnelle de l'architecte bruxellois Gustave Strauven, qui démontre ici encore son ingéniosité à concevoir une maison sur une parcelle très étroite (3,75 m de large seulement).

EXTÉRIEUR

Strauven fait oublier l’étroitesse de sa maison par un élégant ensemble décoratif, grâce au recours à la polychromie et à la variété des matériaux utilisés : les briques émaillées jaunes et bleues de la façade répondent aux éléments de pierre blanche et des ardoises mauves et grises encadrant la grille d’entrée en fonte au décor d'arabesques.

Derrière cette grille d’entrée, un petit escalier rejoint le bel étage, tandis qu’un autre conduit à la cuisine du sous-sol. Le bow-window du premier étage est une reconstruction récente, d’après les plans d’archives laissés par l’architecte. Deux pinacles étayent le garde-corps qui borde le toit-terrasse.

INTÉRIEUR

Un étroit escalier de forme pentagonale, éclairé par une verrière, s’implante au cœur de la maison et dessert à chaque niveau une seule pièce de part et d’autre, à l’avant et à l’arrière.

Son propriétaire, spécialiste de l’œuvre de Strauven, a mené une restauration minutieuse du bâtiment, dont les murs et boiseries ont retrouvé leurs couleurs d’origine.

A proximité